"Vivre pour découvrir le monde..."

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir; coeur légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons.
Charles Beaudelaire - Les fleurs du mal.


Que faire lorsqu'on a encore des rêves plein la tête et l'avenir devant soi ? C'est la question qui se pose au sortir de ces sept années "d'apprentissage" de la vie.
Je sais qu'il me reste encore d'autres pays à découvrir, l'envie me tenaille de partir à l'aventure, mais si la Marine m'a ouvert les yeux sur le monde, elle a aussi brisé mon insouciance et ma spontanéité...
Alors je vais ruser... j'aurais désormais deux vies , celle de "Monsieur tout le monde" et puis une autre qui vivra avec mon imagination, mes envies et chaque fois que je le pourrais , je les ferais se rencontrer.
C'est avec cet état d'esprit que je suis rentré dans la vie dite active. J'y ai découvert l'amitié, l'amour, l'engagement politique et syndical sans oublier jamais mon objectif : Voyager...
Pas voyager pour frimer et dire je suis allé là et ici aussi, non juste pour prolonger le plaisir que m'a procuré chacune de mes escales...
Cela a fonctionné et fonctionne toujours, une chose est sûre : mon voyage ne s'arrêtera qu'avec mon dernier souffle ... !!!


Uncle gère la transition..."

L'expédition turque ...

L'été 1974 a été pour moi la concrétisation, dans un autre contexte, de mon aspiration à voyager


Le choix d'Uncle..."

Dans les chapitres qui suivent je vais évoquer deux destinations : la Laponie et la Mongolie; ce sont les seules où se sont retrouvés l'Imaginaire et le Réel.